Un mix énergétique diversifié

Transition énergétique

Un mix énergétique diversifié

Photo by Dapo Oni on Unsplash

71 % du mix énergétique est composé d'énergies renouvelables et de récupération. Une part qui devrait atteindre 85 % d'ici 2022 et 100 % en 2033.

L’entreprise poursuit le recours aux EnR&R par l’augmentation de la part du bois au détriment des énergies fossiles et s’est donnée pour objectif d’atteindre 85 % d’énergies vertes d’ici 2022 et 100 % en 2033.

Dès 1994, la Compagnie de Chauffage s’est engagée à accélérer le recours aux énergies renouvelables en remplacement des énergies fossiles, avec un effort soutenu pour la biomasse bois. En 2017, elle a atteint le record de 103 000 tonnes de bois valorisées en chaleur.

100 000 tonnes de bois par an permettent, chaque année :

  • de chauffer l’équivalent de près de 28 000 foyers sur le territoire de la Métropole ;
  • d’économiser environ 113 000 tonnes de CO2 par rapport au charbon, combustible originel du chauffage urbain ou encore 68 000 tonnes de CO2 par rapport au gaz naturel.

S’il ne fait aucun doute que le bois est une énergie renouvelable vertueuse en termes d’émissions de dioxyde de carbone (CO2), il n’en demeure pas moins que la combustion de bois, dans des installations individuelles ne disposant pas de traitement de fumées, pose problème par les émissions de particules. Sur ce point, du fait des systèmes de traitements de fumées mis en place, le chauffage urbain émet 30 fois moins de particules fines qu’un poêle à bois individuel moderne, et 1 000 fois moins qu’un foyer individuel ouvert.