Accueil

Signature d'un partenariat avec le CEA

Accédez ici à vos espaces : clients, achats- appels d'offres ou ressources humaines.

La Compagnie de Chauffage signe un nouveau partenariat avec le CEA LITEN pour optimiser le réseau de chauffage urbain.

 

La Compagnie de Chauffage signe une nouvelle collaboration avec le CEA LITEN dans le domaine de l’optimisation des systèmes thermiques et de la réduction des émissions de CO2.

 

Des projets uniques en Europe


En 2013, la Compagnie de Chauffage et le CEA LITEN (Institut pour le développement des Nouvelles Energies du CEA) concluaient un premier accord de collaboration sur la base d’un programme pluriannuel pour les développements de nouveaux combustibles issus de la biomasse (bois, résidus agricoles, etc.) et du développement de smart grids thermiques (réseaux intelligents pour le chauffage urbain) incluant le stockage de chaleur. Une partie des fruits de cette collaboration entre la Compagnie de Chauffage et le CEA est mise en œuvre aujourd’hui sur l’éco-quartier Flaubert à Grenoble. Ce nouveau quartier expérimente un modèle de chauffage urbain encore unique en Europe qui combine différentes innovations technologiques telles que le stockage thermique par matériau à changement de phase et le pilotage intelligent du réseau en intégrant le solaire thermique comme source d’énergie complémentaire pour alimenter le réseau.
Ce projet a été présenté lors des City-zen Days d’Amsterdam le 3 avril dernier. La Compagnie de Chauffage est en effet engagée dans le programme européen City-zen qui invente la « ville de demain », fonctionnant entièrement avec des énergies propres.



3 nouveaux projets engagés


Après un premier partenariat qui s’est concentré sur de nouveaux combustibles issus de la biomasse, la stratégie de R&D de la Compagnie de Chauffage s’oriente désormais vers des projets aux degrés de maturité plus élevés afin de bénéficier de résultats à courts ou moyens termes et contribuer ainsi au verdissement du mix énergétique.
Ce nouveau programme de R&D, conclu pour 4 ans, vise à développer des solutions technologiques innovantes avec, une nouvelle fois pour objectif, d’améliorer l’efficacité énergétique, la compétitivité tarifaire et le bilan carbone du réseau de chauffage urbain. Une enveloppe de 800 K€ à la charge de la Compagnie de Chauffage sera investie chaque année dans cette démarche d’innovation.
• Gestion intelligente du réseau de chaleur
L’outil CŒUR (Conduite Optimisée et Utile du Réseau) vise à améliorer le pilotage de la production et de la distribution de chaleur, et à étudier la demande à l’échelle d’une ville. Dans la continuité de la première phase, l’objectif à court terme est de développer de nouvelles fonctionnalités destinées à optimiser cet outil de simulation de haute performance. Il est également prévu de travailler sur une solution de détection et de localisation des fuites hydrauliques ainsi que de suivi temporel et géographique des pertes thermiques, afin d’améliorer le taux de retour d’eau sur les sites de production et ainsi réaliser des économies.
• Production et stockage de froid
La production de froid est devenue incontournable dans la Métropole grenobloise avec les changements climatiques en cours, se traduisant notamment par des étés de plus en plus caniculaires. Un réseau de froid à l’échelle industrielle permettrait d’avoir des performances énergétiques optimales, une réduction des émissions polluantes, un confort pour les usagers et des niveaux de surveillance et de mesures qui n’existent actuellement pas pour les installations de climatisation autonomes.
• Réduction du contenu carbone
La réduction du contenu carbone de l’énergie distribuée sur le réseau de chaleur nécessite de réfléchir aux « réseaux multi-vecteurs » qui seraient capables de combiner différentes sources d’énergie telles que la chaleur, l’électricité, le gaz ou l’hydrogène. Stocker l’énergie, la transporter et la convertir en fonction des besoins est une des clés pour valoriser l’ensemble du potentiel des énergies renouvelables ou de récupération. Ainsi, la capture du CO2 sur une centrale de production peut se coupler avec une fabrication de GNV (Gaz Naturel pour Véhicules) injecté sur le réseau de gaz, et qui pourrait, par exemple, alimenter une flotte de véhicules (bus ou utilitaires).